• Français
  • English
Menu principal
Accueil
Precious Planet
Raja Ampat
Misool CC
Projets
Assistance
Photos
Contacts
Newsletter
news
Requins Massacrés
Eco Construction
Rock Art
L'ile de Misool
Accueil


Image
(Fafanlap 2008 - Photo E.B.)


Histoire des villages
(1 / 2)

"- Misool (cote). Les habitants sont des Papous avec une part de Malais des Moluques. Semi-civilisés.
- Misool (intérieur). Les habitants sont des purs Papous. Sauvages
."

Wallace 1960

Penser au nombre restreint de villages et d’habitants de Misool ne doit cependant pas cacher la multiplicité des peuplades habitant sur l’ile ainsi que la diversité particulière des dialectes pratiqués. L’intérêt des ethnologues et linguistes pour la région est ancien. Wallace, avant tout connu en tant que biologiste, rapporte de son assistant Charles Allen d’intéressantes observations ethnologiques, et notamment concernant Misool. Il répertoria sur l’ile 2 dialectes qu’il présenta de la façon suivante:


Image
(Yellu 2006 - Photo E.B.)
- Misool (cote). Les habitants sont des Papous avec une part de Malais des Moluques. Semi-civilisés.
- Misool (intérieur). Les habitants sont des purs Papous. Sauvages.

 icoMa'ya et Matbat
Image
(Remijsen 2001.)
Les ethnologues ont ensuite appris que les deux principales peuplades sont respectivement les Ma’ya et les Matbat. Le terme Matba signifie « les gens de la terre » et distingue les Matbat des Ma’ya (or Matlow), les gens de la mer, tels qu’ils sont nommés par les villageois Matbat. Lors de ses visites en 1887 – 1888 de Clercq rapporta que les Matbat vivaient toujours principalement à l'intérieur. Cependant, à la fin des années 1980, tous les groupes s’étaient déplacés sur la côte.

A Misool, le terme Matbat réfère à un groupe ethnique regroupant à la fois les populations linguistiques Magey Matbat et Tomolol Matbat.

Bert Remijsen, linguiste et chercheur de l’Université d’Edinburg, ayant consacré de nombreuses analyses sur la phonétique, la compréhension et l’origine des dialectes papous, rapporte lors de son dernier voyage d’étude que les Magey Matbat représentent à peu près 500 personnes, réparties sur 4 petits villages parlant 2 dialectes le long de la côte. Le nom des quatre villages est : Magey (ou Mage) avec Kapacol, et Aduwey avec Salafen au nord ouest. L’autre partie des Matbat, les Tomolol Matbat, étant localisée principalement au Nord Est, dans les villages de Lenmalas, Tomolol, Atkiri et Polle.


Image
(
Fafanlap 2008- Photo E.B.)

Image
(
Yellu 2006 - Photo E.B.)

Image
(Waigama 2006 - Photo E.B.)

Image
(
Magey 2008 - Photo E.B.)
icoOrigines

Il existe un mythe dans Raja Ampat archipel qui dit que les Ma'yas de Waigeo, Salawati et Misool ont une origine commune située dans l'ouest de Waigeo.
Tout d’abord, les gens de ces différents villages parlent la même langue. La localisation sur Waigeo de cette origine reflète probablement la vérité historique. Il y a des similitudes de langue et d'apparence physique entre les Ma’yas qui ont émigré et ceux de Kawe et de Wauyai, situés au nord ouest de Waigeo. De plus les Ma'yas de ces villages sont chrétiens et l’ethnologue De Clercq (1893), indique clairement que les gens de Wauyai et de Kawe ne vivaient pas dans des villages le long de la côte à la fin du 19ème siècle.
Autant d’indices qui montrent que cette population vivaient auparavant à l'intérieur, ce qui confirme encore le mythe de l'origine Waigeo: En émigrant de Waigeo, les Ma’yas sont devenus des étrangers sur Salawati et Misool, n’ayant aucun droit sur les terres et donc confinés aux zones côtières.

Les Ma'yas sont des Austronésiens qui ont atteint la Papouasie occidentale aux environs de 1500 avant JC, ils ont créé leurs premières enclaves sur Waigeo avant de s’étendre vers d’autres lieux dont Misool. Les Austronésiens n'ont cependant pas remplacé la population d'origine papoue dans ces territoires.

(Suite page suivante ... )